Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

mardi 20 janvier 2009

Personnalité : Paul Watson

Y-a t'il encore des héros de nos jours ?
Y en a t'il eu un jour ?
Ou est-ce simplement des personnes ayant la force de caractère nécessaire pour oser aller jusqu'au bout de leur opinion ?

Un de mes héros, si je peux le nommer ainsi, s'appelle Paul Watson.



Paul Watson est un militant activiste canadien (et pas des moindres), né en 1950 à Toronto, il est fondateur de la Sea Shepherd Conversation Society.
Les baleines doivent l'aimer, en tout cas, lui les aime, il les aime assez pour foncer sur les tueurs de baleines.

"I have been honored to serve the whales, dolphins, seals - and all the other creatures on this Earth. Their beauty, intelligence, strength, and spirit have inspired me. These beings have spoken to me, touched me, and I have been rewarded by friendship with many members of different species.

If the whales survive and flourish, if the seals continue to live and give birth, and if I can contribute to ensuring their future prosperity, I will be forever happy."

- Paul Watson


Photo : Paul Taggart/WPN News

Petit bio (wikipedia)

Paul Watson est né le 2 décembre 1950, à Toronto, au Canada. Il est le fils d’Anthony Joseph Watson et d'Annamarie Larsen. Il a grandi dans la ville de St. Andrews-by-the-Sea, au Nouveau-Brunswick. Jeune déjà, il pistait les trappeurs pour détruire leurs pièges. Il a travaillé comme guide à l'Expo 67, avant de se rendre à Vancouver.

En 1968, il s'engage dans les Gardes-Côtes canadiens, où il a servi dans des hovercrafts de secours en mer. Il travaille ensuite sur un navire marchand norvégien, le Bris.

Avec Greenpeace

En octobre 1969, il participe à une protestation du Sierra Club contre les essais nucléaires. Puis ensuite, il fera partie de l'association appelée aujourd'hui Greenpeace. Il en signera le document fondateur, sans rôle précis dans la création de l'association. Il naviguera sur des navires de Greenpeace, comme l'Astral en 1972.

En 1973, il proposa ses services comme médecin aux membres de l'American Indian Movement, pendant la crise de Wounded Knee, dans le Dakota du Sud.

Durant les années 1970, il continua à militer à Greenpeace, en tant que membre et marin. En 1975, il participa à une campagne contre les baleiniers soviétiques. Sur ce point, la biographie officielle de Paul Watson écrit : "Durant la confrontation avec le baleinier russe, un cachalot, harponné et mourant, surgit au-dessus du petit bateau de Paul. Il remarqua un clignement dans l'œil du cachalot agonisant. Il pensa que la baleine avait compris ce qu'ils essayaient de faire. Il regarda le magnifique léviathan soulevant son corps près du bateau, passer sous les vagues et puis mourir. Ces quelques secondes à regarder dans l'œil de cette baleine mourante ont changé sa vie pour toujours. Il s'est voué à devenir un défenseur perpétuel des baleines et des autres créatures marines"

En 1977, Paul Watson démissionna de Greenpeace, en désaccord avec la politique des instances dirigeantes (certains prétendent qu'il a été expulsé; c'est de toute façon le cas de bien d'autres groupes devenus des associations indépendantes). Paul Watson aussi créa son propre groupe, la Sea Shepherd Conservation Society.

Sea Shepherd

Le premier navire de l'association, le Sea Shepherd ("Berger de la Mer") fut acheté en 1978, avec l'aide de la Fund for Animals. La SSCS s'est vite fait connaître comme l'une des associations écologistes les plus controversées, connue pour ses actions provocatrices en plus des protestations habituelles. Ses tactiques incluent parfois l'éperonnage des navires baleiniers illégaux en pleine mer, ou le sabotage de deux navires dans un port islandais. En tout, il aurait envoyé par le fond quelques 9 bateaux baleiniers. Paul Watson resta le chef de l'association, appelé "Capitaine" par ses membres.

Autres activités écologiques

Watson fut correspondant de l'association Defenders of Wildlife entre 1976 et 1980, et représentant de la Fund for Animals entre 1978 et 1981. Il fut aussi le cofondateur des associations Friends of the Wolf et Earthforce Environmental Society.

Dans les années 1980, il affirma son soutien à l'association Earth First! et devint ami avec ses dirigeants.

Il a par ailleurs travaillé avec le Parti vert de la Colombie-Britannique dans les années 1980 et 90, recueillant 15 000 votes lors des élections municipales de 1986 en Colombie-Britannique, malgré son arrestation en Islande durant sa campagne. Il se présenta au poste de maire de Vancouver en 1996, et finit 4e. Ses relations avec le Parti vert du Canada furent quant à elles nettement plus rugueuses. Il fut désigné candidat de ce parti à Vancouver en 1988, mais à la mi-campagne, il se rangea finalement du côté du Nouveau Parti démocratique.

En 2000, le Time Magazine désigna Paul Watson comme l'un des héros écologistes du XXe siècle.

En avril 2003, il fut élu au comité directeur du Sierra Club pour un mandat de 3 ans. En 2006 il démissionna un mois avant la fin des élections et ne se représenta pas, pour protester contre le soutien de l'association à un essai intitulé « Pourquoi je chasse ».

Par ailleurs, il fut aussi quelque temps professeur d'écologie à l'Université de Pasadena, et il donne de nombreuses conférences de sensibilisation à travers le monde.

Son éthique écologiste l'a poussé à devenir végétalien strict, et tous les repas servis sur les bateaux de la Sea Shepherd Foundation sont obligatoirement végétaliens.

Controverses

Certains média, ainsi que les adversaires des écologistes extrémistes, considèrent Paul Watson comme un pirate ou un « écoterroriste », thème de plus en plus en vogue à mesure que les polémiques environnementales s'accentuent. Beaucoup de militants écologistes estiment qu'il donne une mauvaise image de leur combat, et certains de ses anciens compagnons de lutte de Greenpeace ont pris leurs distances avec lui. Dans une interview donnée au Los Angeles Times, Jim Bohlen, fondateur de Greenpeace, ira même jusqu'à dire que Watson est fou.

En 1993, il fut arrêté au Canada suite à des actions contre des bateaux de pêche espagnols et cubains au large de Terre-Neuve. En 1997, la justice norvégienne condamna Watson, par contumace, pour avoir coulé le navire norvégien de pêche au requin Nybrænna en 1992. Cependant, les Pays-Bas refusèrent de l'extrader en Norvège, alors qu'il venait de passer 60 jours dans les prisons hollandaises.

Le Costa Rica voulut l'inculper pour tentative de meurtre après qu'il eut capturé un navire costaricain qui braconnait le requin, mais il fut innocenté grâce à une vidéo prise lors de l'affaire (des extraits en sont visibles dans le documentaire Les Seigneurs de la mer).

Jusqu'à aujourd'hui, toutes les tentatives de poursuites judiciaires contre Paul Watson et son association ont échoué, soit parce que les films systématiquement pris par les membres de l'association démontrèrent le non-fondé des accusation, soit parce que les navires victimes étaient eux-mêmes hors la loi. Paul Watson défend ses actions comme faisant partie du droit international, en tentant de faire respecter les réglementations de pêche.

Il fut critiqué par les associations de défenses des droits indigènes lorsqu'il protesta contre l'autorisation donnée à la tribu Makah de pêcher des baleines, dans l'État de Washington. (source : traduction partielle de l'article sur Wikipédia English)

En avril 2008, à la suite de la mort de 4 chasseurs de phoques, Watson a minimisé le drame humain, affirmant que la chasse aux phoques était un drame plus grand que la mort des chasseurs. Le lendemain de cette déclaration à la télé française RFO Saint-Pierre et Miquelon, des habitants et pêcheurs des îles Saint-Pierre et Miquelon choqués de cette déclaration chassèrent Paul Watson et l'équipage du Farley Mowat de l'archipel leur interdisant de revenir.


----


Une personnalité forte, qui me force (sans difficulté) au respect.

- Site officiel de la SSCS
http://www.seashepherd.org/

- Site officiel de Sea Shepherd France
http://www.seashepherd.fr/

- le blog
http://my.seashepherd.org/NetCommunity/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire