Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

lundi 28 juin 2010

poeme - I'm your Tinkerbell, You are my Mad Hatter 02

I'm your Tinkerbell, You are my Mad Hatter #02

Les passions sont nombreuses au Pays des Fous
Pour s'en rendre compte,
            il suffit pour cela
De s'approcher
            à cloche pied
De l'endroit servant de conciliabule
De saluer ses compères
        et
                 consoeurs
            en s'asseyant à leur table,
Ceci est tout un art dans la gestuelle,
            ne vous y fiez pas,
Car il faut ensuite,
            tout en souriant,
Déposer dans un coin
            son chapeau tout beau
Saisir délicatement
            une tasse de thé avec son nuage de lait
Et enfin, ne pas omettre
De discourir
      avec
        les
          autres
            sages
              savants
                fous.

Poème © Liz - 19/VIII/2007

photo - Fleurs et poème choisi 01


Fleurs et poème choisi #01 :
A Thing Of Beauty de John Keats
De temps en temps je posterai une photo que j'aurais prise,
accompagnée d'un poème choisi, en espérant que l'un ou l'autre
ou bien les deux... vous plairont.

Photo prise hier sur la terrasse.

(cliquable)
bouquet de fleurs

A Thing Of Beauty

A thing of beauty is a joy for ever:
Its loveliness increases; it will never
Pass into nothingness; but still will keep
A bower quiet for us, and a sleep
Full of sweet dreams, and health, and quiet breathing.

Therefore, on every morrow, are we wreathing
A flowery band to bind us to the earth,
Spite of despondence, of the inhuman dearth
Of noble natures, of the gloomy days,
Of all the unhealthy and o'er-darkened ways
Made for our searching: yes, in spite of all,
Some shape of beauty moves away the pall
From our dark spirits. Such the sun, the moon,
Trees old, and young, sprouting a shady boon
For simple sheep; and such are daffodils
With the green world they live in; and clear rills
That for themselves a cooling covert make
'Gainst the hot season; the mid-forest brake,
Rich with a sprinkling of fair musk-rose blooms:
And such too is the grandeur of the dooms
We have imagined for the mighty dead;
All lovely tales that we have heard or read:
An endless fountain of immortal drink,
Pouring unto us from the heaven's brink.

Nor do we merely feel these essences
For one short hour; no, even as the trees
That whisper round a temple become soon
Dear as the temple's self, so does the moon,
The passion poesy, glories infinite,
Haunt us till they become a cheering light
Unto our souls, and bound to us so fast
That, whether there be shine or gloom o'ercast,
They always must be with us, or we die.

Therefore, 'tis with full happiness that I
Will trace the story of Endymion.
The very music of the name has gone
Into my being, and each pleasant scene
Is growing fresh before me as the green
Of our own valleys: so I will begin
Now while I cannot hear the city's din;
Now while the early budders are just new,
And run in mazes of the youngest hue
About old forests; while the willow trails
Its delicate amber; and the dairy pails
Bring home increase of milk. And, as the year
Grows lush in juicy stalks, I'll smoothly steer
My little boat, for many quiet hours,
With streams that deepen freshly into bowers.
Many and many a verse I hope to write,
Before the daisies, vermeil rimmed and white,
Hide in deep herbage; and ere yet the bees
Hum about globes of clover and sweet peas,
I must be near the middle of my story.
O may no wintry season, bare and hoary,
See it half finished: but let Autumn bold,
With universal tinge of sober gold,
Be all about me when I make an end!
And now at once, adventuresome, I send
My herald thought into a wilderness:
There let its trumpet blow, and quickly dress
My uncertain path with green, that I may speed
Easily onward, thorough flowers and weed.

~ John Keats


Photo -> juin 2010, Liz ©

samedi 26 juin 2010

Crea peinture illustration kokopelli drawing

Pour cette petite peinture sur toile, j'ai souhaité mettre en scène le personnage de Kokopelli
(le même que celui de mon tatouage, la lune en moins).
Peinture à l'huile
Illustration format 33 x 41 cm.
Créa : juin 2010

Kokopelli
(image cliquable - click on the picture)
kokopelli Kokopele Kokopeltiyo Kokopilau painting drawing

jeudi 24 juin 2010

Photo - Opera Garnier Paris 05

L'Opéra Garnier, Paris - Part 05 (fin)

Le grand foyer
La conception du grand foyer s'inspire des dispositions et de l'inspiration décorative des galeries des châteaux de la Renaissance française du xvie siècle (château de Fontainebleau) et du siècle de Louis XIV (galerie d'Apollon au Louvre, galerie des Glaces à Versailles). Un savant jeu de miroirs et de baies ouvrants sur les rues et façades environnantes vient encore accentuer ses vastes dimensions. Cet endroit est pensé, à l'origine, comme un point de rencontre des spectateurs toutes catégories sociales confondues.
Comprenant cinq travées, le grand foyer est agrémenté de part et d'autre d'un salon. Du côté de l'avant foyer, trois larges ouvertures donnent accès aux circulations qui mènent aux galeries du grand escalier puis à la salle. Une grande baie donne accès de chaque petit salon octogonal à une rotonde : le « salon de la Lune », situé côté jardin, et le « salon du Soleil », côté cour. De part et d'autre de la porte axiale, de grands miroirs, d'une hauteur approchant les six mètres, montent à partir du parquet et des lambris. Sur l'autre face, cinq grandes portes-fenêtres en constituent les pendants et indiquent l'accès à la loggia.
Sur les murs, se trouvent vingt élégantes statues, allégories des « Qualités » indispensables aux artistes des arts lyrique et chorégraphique.
Un plafond à voussures, peint par Paul Baudry (La Roche-sur-Yon, 1828 - Paris 1886) figure les grandes étapes de l'histoire de la Musique, de la Comédie et de la Tragédie et décline plusieurs aspects de leur thématique propre.
La lyre forme, comme en de très nombreux endroits extérieurs et intérieurs de l'édifice dont la salle de spectacle, un élément décoratif de prédilection ponctuant, de manière presque systématique, différentes modénatures, chapiteaux, grilles de chauffage et même poignées de porte.
Jusqu'au xixe siècle et comme le veut la tradition, les foyers des lieux de spectacle sont réservés à l'usage exclusif des représentants de la gent masculine. Les dames reçoivent pendant ce temps dans leur loge respective ; ceci, jusqu'au jour de l'inauguration du Palais Garnier où la reine d'Espagne désire admirer la galerie du grand foyer. Le tabou brisé, elle est aussitôt suivie de son entourage immédiat, puis des autres dames de la bonne société de l'époque qui ne souhaitent pas demeurer en reste.
À l'insu de Charles Garnier, ses collaborateurs demandent à plusieurs ouvriers de sculpter deux bustes dorés d'Apollon à son image. Ces deux œuvres figurent à hauteur du plafond. Une autre copie de la représentation en buste de l'architecte, sculptée par Carpeaux, trône au centre du grand foyer et à proximité d'une fenêtre donnant sur la perspective de l'avenue de l'Opéra.
En 1928, un regrettable incendie prive le grand foyer de ses rideaux et tentures de couleur or ; ceux-ci n'ont pu être rétablis qu'à l'occasion d'une restauration intégrale de la galerie, achevée en 2004.

Le grand foyer
le grand foyer opera garnier

opera garnier paris le grand foyer

fin de la visite...

vers la sortie opera garnier paris

opera garnier paris

opera garnier paris

La Poésie par Charles Gumery (1827–1871), groupe en bronze doré couronnant le côté droit de la façade principale.
La Poésie par Charles Gumery opera garnier paris

La Poésie par Charles Gumery opera Garnier

Apollon, la Poésie et la Musique par Aimé Millet, groupe placé au sommet de l'Opéra et supportant le paratonnerre, (vers 1860-1869).
Apollon la Poésie et la Musique par Aimé Millet sommet opera garnier paris détails toits couverture en cuivre

source texte : wikipedia
Photos -> mars 2010, Liz ©

Photo - Opera Garnier Paris 04

L'Opera Garnier, Paris - Part 04

La grande salle
Située exactement au-dessus de la voûte de l'ancienne rotonde des Abonnés, la grande salle de spectacle constitue le cœur même du palais.
Épousant une forme en fer à cheval, avec ses balcons, ses loges et ses stalles sur cinq niveaux avec sa galerie supérieure, l'endroit est conçu suivant le modèle des théâtres dits « à l'italienne ». Garnier veut innover en concevant une salle proportionnellement plus petite que le volume gigantesque abritant les dispositifs scéniques. Ses caractéristiques dimensionnelles demeurent néanmoins impressionnantes : près de trente-et-un mètres de largeur, trente-deux mètres de profondeur sur vingt mètres de hauteur.
Sa jauge s'approche des deux-mille places assises, avec un peu plus de mille neuf cents fauteuils.
Ce lieu prestigieux est habillé dans des tons dominants de rouges et d'ors.

la grande salle italienne opera garnier paris

la grande salle plafond  Chagall opera garnier

Le grand lustre
Cet élément, essentiel à l'harmonie et au bon éclairage de la salle, a failli pourtant ne jamais voir le jour. Pendant la longue période nécessaire à son élaboration - forme, taille, détails techniques et décoratifs - par Garnier, plusieurs voix se font entendre en affirmant que le lustre se révèle sans intérêt, qu'il risque de gâcher l'acoustique et d'empêcher la vision depuis de trop nombreux sièges et de loges. Le maître d'œuvre doit faire preuve de tout son pouvoir de persuasion et défend même l'intégrité de son projet avec un lyrisme certain qui emporte finalement l'adhésion.
Si la salle d'Opéra n'est pas uniquement éclairée par cette immense création de cristal et de lumière, d'un poids avoisinant les sept à huit tonnes, il participe de façon indéniable à l'ambiance et à la magie des lieux. Équipé, à l'origine, d'une multitude de flammes et de globes alimentés au gaz, cet élément est, depuis 1881, alimenté pour partie ou intégralement à l'énergie électrique. Son usage est alors rendu plus sûr et il nécessite moins d'entretien et donc de manipulations. Une « restauration », conduite au cours des années 1930, réduit sensiblement le nombre de ses sources lumineuses mais n'altère pas vraiment son allure générale.
Au cours des premières décennies de fonctionnement de l'Opéra Garnier, la maintenance du lustre s'effectue en le hissant dans un espace spécialement prévu, au-dessus de la coupole de Lenepveu. On juge plus pratique et moins dangereux, par la suite, de descendre ce lourd système d'éclairage au niveau du sol de l'orchestre. Les combles, ainsi libérés, sont aujourd'hui transformés et aménagés en salles de répétitions réparties sur deux niveaux.
À l'ouverture du nouvel Opéra de Paris, la lumière est maintenue dans une salle constituant d'abord un lieu mondain et de représentation d'une classe sociale privilégiée ; ceci, pendant toute la durée des spectacles. Ce n'est qu'au début du xxe siècle que l'obscurité est imposée à la grande satisfaction des véritables amateurs des opéras et chorégraphies proposés.

Le grand lustre plafond de Chagall opera garnier paris

Le plafond
Conçu en 1964 par Marc Chagall (Vitebsk, 1887 - Saint-Paul-de-Vence, 1985) et à l'invitation du ministre des Affaires culturelles d'alors, André Malraux, le nouveau plafond évoque, en une synthèse remarquable et en quatre parties aux vives couleurs, les grands jalons et ouvrages représentatifs de l'histoire des arts de l'opéra et de la danse ainsi que quelques des compositeurs particulièrement marquants des arts lyriques et chorégraphiques du répertoire. L'exécution a été confiée à Roland Bierge.
La mise en place du nouveau plafond officiel, masquant l'œuvre de Lenepveu et juxtaposant aux éléments décoratifs d'origine une œuvre anachronique, ne fit pas l'unanimité et témoigne du mépris du pouvoir de l'époque envers l'art du Second Empire.
L'œuvre de Chagall, quelle que soit notre sentiment à son égard, a été déterminante pour redonner à l'Opéra Garnier un pouvoir d'attraction qu'il avait un peu perdu dans les années d'après-guerre et plus spécifiquement au moment où cette commande ministérielle a été réalisée. Malgré l'intérêt médiatique qu'elle a pu susciter, cette décision reste néanmoins controversée jusqu'à nos jours sur le plan artistique.

opera garnier paris

plafond de Chagall et le grand lustre plafond Opera Garnier Paris

détail
plafond de Chagall

A suivre...


source texte : wikipedia
Photos -> mars 2010, Liz ©

Photo - Opera Garnier Paris 03

L'Opéra Garnier, Paris - Part 03


Salon
salon opera garnier

Les salons de la Lune et du Soleil
Placées aux extrémités Est et Ouest de l'avant-foyer, deux rotondes de taille modeste, sont peintes par les décorateurs Philippe Marie Chaperon (Paris, 1823 - id., 1906 ou 1907) et Auguste Alfred Rubé (Paris, 1805 ou 1815 - id., 1899), amis de l'architecte.
Sur les voûtes du « salon de la Lune » et du « salon du Soleil », dominent, dans l'un, les tonalités froides de l'argent, avec des représentations d'oiseaux de nuit : hiboux et chauves-souris et, dans l'autre, les tons chauds de l'or, au milieu d'un décor de salamandres. Des miroirs étamés, les premiers de couleur froide et les seconds à dominante chaude, recouvrent respectivement leurs parois et se reflètent à l'infini pour former des « chemins de lumière ».
(source : wikipedia)

detail opera garnier paris


la bibliothèque
bibliotheque opera garnier paris

archives exposition opera garnier paris


exposition de photos anciennes dans le hall autour de la grande salle
exposition photo opera garnier paris

A suivre...


Photos -> mars 2010, Liz ©

Photo - Opera Garnier Paris 02

L'Opera Garnier, Paris - Part 02

Détail du grand escalier
detail grand escalier opera garnier

detail grand escalier opera garnier

Le grand escalier conduit, dans un premier temps, à l'amphithéâtre, au parterre, à l'orchestre et aux baignoires. Les volées suivantes donnent accès aux dégagements et balcons, aménagés sur les quatre façades intérieures aux colonnes géminées et à trois travées d'arcades, aux différents salons et foyers, puis aboutissent enfin aux couloirs périphériques menant aux loges et aux balcons des différents niveaux de la salle de spectacle.
(source : wikipedia)

balcons du grand escalier
balcons grand escalier opera garnier paris

balcons grand escalier opera garnier paris

balcons opera garnier

détail plafond de la galerie du grand escalier
detail plafond opera garnier grand escalier

A suivre...


Photos -> mars 2010, Liz ©

Photo - Opera Garnier Paris 01

L'Opera Garnier, Paris - Part 01

L’Opéra Garnier, ou Palais Garnier, est un des éléments structurants du 9e arrondissement de Paris et du paysage de la capitale française. Situé à l'extrémité de l'avenue de l'Opéra, près de la station de métro du même nom, l'édifice s'impose comme un monument particulièrement représentatif de l'architecture éclectique et du style historiciste de la seconde moitié du xixe siècle et s'inscrit dans la continuité des transformations de Paris menées à bien par Napoléon III et le préfet Haussmann.
Cette construction a longtemps été considérée comme l'« Opéra de Paris », mais depuis l'ouverture de l'Opéra Bastille en 1989, on la désigne par le seul nom de son auteur : Charles Garnier.
pour en savoir plus : fr.wikipedia.org/wiki/...Garnier

Ici, point de Fantôme de l'Opéra, nous ne l'avons pas aperçu lors de notre visite dans ce lieu prestigieux ... ni aux détours du grand escalier, ni dans la grande salle... dommage, car même s'il fait parti de la fiction, j'aime bien ce personnage tout droit sorti de l'oeuvre de Gaston Leroux...

Façade du palais Garnier
opera garnier paris Facade principale Sud

Le grand escalier :
L'ouvrage est remarquable par son tracé, la hauteur et le volume de sa nef inédits jusqu'alors, la magnificence de ses façades intérieures, la variété des matériaux employés : marbres aux couleurs subtiles, onyx et cuivre des mains-courantes, innombrables peintures, mosaïques et dorures). L'ampleur et l'ingéniosité de ses distributions comme de sa décoration ont fait de ce grand escalier l'un des endroits les plus célébrés et les plus appréciés du Palais Garnier.
Cette partie de l'Opéra est aussi, et surtout, un lieu de représentation sociale et de mondanités où il était, jadis, de bon ton de se montrer aux bras de son épouse ou d'une demi-mondaine au milieu d'un public trié sur le volet.
Ces dispositions sont reprises dans la conception d'autres salles d'Opéra et de théâtre en France comme à l'étranger, sans jamais arriver à égaler les espaces d'accueil et de réceptions du Palais Garnier en ampleur, en élégance et en somptuosité.
(source : Wikipedia)

Accès au grand escalier
opera ganier

opera garnier paris entrée vers le grand escalier

opera garnier paris entree vers le grand escalier

opera garnier paris entree vers le grand escalier

Au pied de l'escalier, deux statues-torchères en bronze de Albert Ernest Carrier de Belleuse dit Carrier-Belleuse (Anizy-le-Château, 1824 - Sèvres, 1887) représentent des figures féminines tenant des éclairages au gaz puis électriques. L'escalier, en marbre blanc, est à double révolution. Les marches sont réparties en plusieurs degrés aux larges et impressionnantes volées élancées aux courbures raffinées.

bas du grand escalier d'apparat

bas le grand escalier d'apparat

Le plafond est composé de quatre voussures, recouvertes chacune de compositions allégoriques, sur toile marouflée, du peintre Isidore Alexandre-Auguste Pils (Paris, 1813 - Douarnenez, 1875), Grand Prix de Rome en 1838. Ces œuvres sont éclairées par la verrière d'une lanterne achevant la composition.

Plafond du grand escalier
plafond grand escalier opera garnier paris

A suivre...


Photos -> mars 2010, Liz ©

jeudi 17 juin 2010

Crea portrait Robert Downey Jr drawing


Pour me changer les idées après le boulot j'ai réalisé ce portrait (très) rapide de Robert Downey Jr.,

dessin réalisé directement au crayon Bic + crayon encre noire pointe fine.
Quick sketch / portrait -
Format 21cm x 30cm

Robert Downey Jr.

Robert Downey Jr drawing dessin portrait rapide crayon bic

"I know very little about acting. I'm just an incredibly gifted faker."
quote by Robert Downey Jr.

mardi 15 juin 2010

Pause musicale avec Iggy Pop

Je pense que ce n'est pas la peine de présenter Iggy Pop (James Newel Österberg Jr)...

Iggy Pop -> Wild America




+

Crea peinture Mascarade

Peinture sur papier Canson noir:

Sources : citation de Lord Byron et photo d'Aegean-prince pour le modèle masculin.

Peinture acrylique sur papier noir + encre - acrylic painting on black paper + ink,
format 50 x 35 cm
créa : 16 mai 2010.

Mascarade (cliquable... click...)
mascarade Byron

"qu'est-ce qu'un personnage ? Ce n'est que la vérité d'une mascarade"
Don Juan - 1819 ~ George Gordon Byron (Lord Byron)

Cartes postales anciennes, old postcards - 03




Suite des cartes postales anciennes
.
(la Belle Époque - les Années Folles)





Spécial Bruxelles - Brussel - Brussels - Brüssel
(année d'expédition : 1923)
1 - Eglise et rue Sainte-Gudule
2 - Boulevard Anspach et la Bourse (the Exchange)

3 - Place de Brouckère ( Square Brouckere)

4 - Maison du roi (King's house)
5 - La Grand'Place (Côté sud-Ouest : l'Hôtel de ville)


1 . cliquable / click
Bruxelles old postcard

2 . cliquable / click
Bruxelles carte postal ancienne

3 . cliquable / click
Bruxelles

4 . cliquable / click
Bruxelles maison du roi

5 . cliquable / click
Bruxelles grand place hotel de ville

à suivre...

Blablabla... et Bienvenue !

Etat mental : très bon

Etat physique : beaucoup marché ce week-end, alors je suis un peu fatiguée
Ce que j'écoute : le dernier album d'Okou


Bienvenue aux nouveaux membres de ce blog !
Merci de vous être inscrits Poussinaute et Redjoe :)


Finalement, je n'ai pas ajouté de smileys pour les commentaires, les lignes de codes ne passent pas vu que j'avais déjà modifié la programmation originale.
Par contre, j'ai modifié la bannière...

Côté photo -> comme d'habitude j'ai du retard, encore des photos de Paris à mettre, de la mer et de toutes nouvelles de Bruges la romantique.

Côté dessin -> là je prends mon temps et je m'applique... en cours :
- un double portrait de Johnny Depp et de Iggy Pop - acrylique et encre sur carton
- ensuite une peinture à l'huile ayant pour thème : "l'arbre intérieur" (idée de mon compagnon)
- et enfin une commande de miss Gaëlle : peinture à l'huile sur carton entoilé représentant Charles Brandon (1st Duke of Suffolk) personnage de la série "The Tudors" interprété par Henry Cavill - portrait avec paysage en arrière plan tiré également de la série avec quelques libertés, le tout agrémenté d'un joli poème...

Côté cartes postales anciennes -> j'ai préparé le scan... je pourrais m'y mettre afin d'en poster aujourd'hui ou demain.

+ edit ->
un peu de programmation : modification de l'image de fond, retrait de la couleur de la seconde colonne et remplacement de la bannière avec la même que la dernière mise à jour mais en Flash avec ajouts de petites animations çà et là... pas évident de trouver le code mais c'est fait !