Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

jeudi 29 janvier 2009

Douce Folie - Créa. 29-01-09 Compo Tom Waits

Composition à partir d'une photo Noir&Blanc de Tom Waits
(photographe : Anton Corbijn )

image cliquable / click on the pic
Photobucket


dimanche 25 janvier 2009

Douce Folie - Créa. 26-01-09 portrait Marlon Brando - étape 01

Humeur : extra, superbe (j'ai piqué un câble internet)
Musique lalala : Fats Domino, Little Bee (+ sa discographie)
Activité : pause café + dessin

Premier jet au crayon
d'après photo de Mary Ellen Mark
Film : Apocalypse Now
Monsieur croqué : Marlon Brando (Colonel Walter E. Kurtz)


croquis dessin Marlon Brando

samedi 24 janvier 2009

Douce Folie - Créa. 24-01-09 Dennis Hopper portrait dessin aquarelle

Portrait de Dennis Hopper, dessin réalisé au crayon avec un peu d'aquarelle

citation de Dennis Hopper,
p
hoto de Mary Ellen Mark.


Dessin portrait de Dennis Hopper
Cliquez sur l'aperçu pour afficher le dessin complet
Click on the picture for the full version


mercredi 21 janvier 2009

Douce Folie - Photos Octobre 2008 - Fort-Mahon-Plage

Fort-Mahon-Plage (France), octobre 2008

photo Fort Mahon Plage mer mouettes

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer

photo Fort Mahon Plage mer
Photos : Liz ©

mardi 20 janvier 2009

Personnalité : Paul Watson

Y-a t'il encore des héros de nos jours ?
Y en a t'il eu un jour ?
Ou est-ce simplement des personnes ayant la force de caractère nécessaire pour oser aller jusqu'au bout de leur opinion ?

Un de mes héros, si je peux le nommer ainsi, s'appelle Paul Watson.



Paul Watson est un militant activiste canadien (et pas des moindres), né en 1950 à Toronto, il est fondateur de la Sea Shepherd Conversation Society.
Les baleines doivent l'aimer, en tout cas, lui les aime, il les aime assez pour foncer sur les tueurs de baleines.

"I have been honored to serve the whales, dolphins, seals - and all the other creatures on this Earth. Their beauty, intelligence, strength, and spirit have inspired me. These beings have spoken to me, touched me, and I have been rewarded by friendship with many members of different species.

If the whales survive and flourish, if the seals continue to live and give birth, and if I can contribute to ensuring their future prosperity, I will be forever happy."

- Paul Watson


Photo : Paul Taggart/WPN News

Petit bio (wikipedia)

Paul Watson est né le 2 décembre 1950, à Toronto, au Canada. Il est le fils d’Anthony Joseph Watson et d'Annamarie Larsen. Il a grandi dans la ville de St. Andrews-by-the-Sea, au Nouveau-Brunswick. Jeune déjà, il pistait les trappeurs pour détruire leurs pièges. Il a travaillé comme guide à l'Expo 67, avant de se rendre à Vancouver.

En 1968, il s'engage dans les Gardes-Côtes canadiens, où il a servi dans des hovercrafts de secours en mer. Il travaille ensuite sur un navire marchand norvégien, le Bris.

Avec Greenpeace

En octobre 1969, il participe à une protestation du Sierra Club contre les essais nucléaires. Puis ensuite, il fera partie de l'association appelée aujourd'hui Greenpeace. Il en signera le document fondateur, sans rôle précis dans la création de l'association. Il naviguera sur des navires de Greenpeace, comme l'Astral en 1972.

En 1973, il proposa ses services comme médecin aux membres de l'American Indian Movement, pendant la crise de Wounded Knee, dans le Dakota du Sud.

Durant les années 1970, il continua à militer à Greenpeace, en tant que membre et marin. En 1975, il participa à une campagne contre les baleiniers soviétiques. Sur ce point, la biographie officielle de Paul Watson écrit : "Durant la confrontation avec le baleinier russe, un cachalot, harponné et mourant, surgit au-dessus du petit bateau de Paul. Il remarqua un clignement dans l'œil du cachalot agonisant. Il pensa que la baleine avait compris ce qu'ils essayaient de faire. Il regarda le magnifique léviathan soulevant son corps près du bateau, passer sous les vagues et puis mourir. Ces quelques secondes à regarder dans l'œil de cette baleine mourante ont changé sa vie pour toujours. Il s'est voué à devenir un défenseur perpétuel des baleines et des autres créatures marines"

En 1977, Paul Watson démissionna de Greenpeace, en désaccord avec la politique des instances dirigeantes (certains prétendent qu'il a été expulsé; c'est de toute façon le cas de bien d'autres groupes devenus des associations indépendantes). Paul Watson aussi créa son propre groupe, la Sea Shepherd Conservation Society.

Sea Shepherd

Le premier navire de l'association, le Sea Shepherd ("Berger de la Mer") fut acheté en 1978, avec l'aide de la Fund for Animals. La SSCS s'est vite fait connaître comme l'une des associations écologistes les plus controversées, connue pour ses actions provocatrices en plus des protestations habituelles. Ses tactiques incluent parfois l'éperonnage des navires baleiniers illégaux en pleine mer, ou le sabotage de deux navires dans un port islandais. En tout, il aurait envoyé par le fond quelques 9 bateaux baleiniers. Paul Watson resta le chef de l'association, appelé "Capitaine" par ses membres.

Autres activités écologiques

Watson fut correspondant de l'association Defenders of Wildlife entre 1976 et 1980, et représentant de la Fund for Animals entre 1978 et 1981. Il fut aussi le cofondateur des associations Friends of the Wolf et Earthforce Environmental Society.

Dans les années 1980, il affirma son soutien à l'association Earth First! et devint ami avec ses dirigeants.

Il a par ailleurs travaillé avec le Parti vert de la Colombie-Britannique dans les années 1980 et 90, recueillant 15 000 votes lors des élections municipales de 1986 en Colombie-Britannique, malgré son arrestation en Islande durant sa campagne. Il se présenta au poste de maire de Vancouver en 1996, et finit 4e. Ses relations avec le Parti vert du Canada furent quant à elles nettement plus rugueuses. Il fut désigné candidat de ce parti à Vancouver en 1988, mais à la mi-campagne, il se rangea finalement du côté du Nouveau Parti démocratique.

En 2000, le Time Magazine désigna Paul Watson comme l'un des héros écologistes du XXe siècle.

En avril 2003, il fut élu au comité directeur du Sierra Club pour un mandat de 3 ans. En 2006 il démissionna un mois avant la fin des élections et ne se représenta pas, pour protester contre le soutien de l'association à un essai intitulé « Pourquoi je chasse ».

Par ailleurs, il fut aussi quelque temps professeur d'écologie à l'Université de Pasadena, et il donne de nombreuses conférences de sensibilisation à travers le monde.

Son éthique écologiste l'a poussé à devenir végétalien strict, et tous les repas servis sur les bateaux de la Sea Shepherd Foundation sont obligatoirement végétaliens.

Controverses

Certains média, ainsi que les adversaires des écologistes extrémistes, considèrent Paul Watson comme un pirate ou un « écoterroriste », thème de plus en plus en vogue à mesure que les polémiques environnementales s'accentuent. Beaucoup de militants écologistes estiment qu'il donne une mauvaise image de leur combat, et certains de ses anciens compagnons de lutte de Greenpeace ont pris leurs distances avec lui. Dans une interview donnée au Los Angeles Times, Jim Bohlen, fondateur de Greenpeace, ira même jusqu'à dire que Watson est fou.

En 1993, il fut arrêté au Canada suite à des actions contre des bateaux de pêche espagnols et cubains au large de Terre-Neuve. En 1997, la justice norvégienne condamna Watson, par contumace, pour avoir coulé le navire norvégien de pêche au requin Nybrænna en 1992. Cependant, les Pays-Bas refusèrent de l'extrader en Norvège, alors qu'il venait de passer 60 jours dans les prisons hollandaises.

Le Costa Rica voulut l'inculper pour tentative de meurtre après qu'il eut capturé un navire costaricain qui braconnait le requin, mais il fut innocenté grâce à une vidéo prise lors de l'affaire (des extraits en sont visibles dans le documentaire Les Seigneurs de la mer).

Jusqu'à aujourd'hui, toutes les tentatives de poursuites judiciaires contre Paul Watson et son association ont échoué, soit parce que les films systématiquement pris par les membres de l'association démontrèrent le non-fondé des accusation, soit parce que les navires victimes étaient eux-mêmes hors la loi. Paul Watson défend ses actions comme faisant partie du droit international, en tentant de faire respecter les réglementations de pêche.

Il fut critiqué par les associations de défenses des droits indigènes lorsqu'il protesta contre l'autorisation donnée à la tribu Makah de pêcher des baleines, dans l'État de Washington. (source : traduction partielle de l'article sur Wikipédia English)

En avril 2008, à la suite de la mort de 4 chasseurs de phoques, Watson a minimisé le drame humain, affirmant que la chasse aux phoques était un drame plus grand que la mort des chasseurs. Le lendemain de cette déclaration à la télé française RFO Saint-Pierre et Miquelon, des habitants et pêcheurs des îles Saint-Pierre et Miquelon choqués de cette déclaration chassèrent Paul Watson et l'équipage du Farley Mowat de l'archipel leur interdisant de revenir.


----


Une personnalité forte, qui me force (sans difficulté) au respect.

- Site officiel de la SSCS
http://www.seashepherd.org/

- Site officiel de Sea Shepherd France
http://www.seashepherd.fr/

- le blog
http://my.seashepherd.org/NetCommunity/

dimanche 18 janvier 2009

Douce Folie - Créa. 16-01-09 Chet Baker portrait aquarelle

Portrait de Chet Baker (jazzman) réalisé en 1h30 - aquarelle
Watercolor, portrait of Chet Baker
(jazzman) time past: 1h30

Cliquable / click
Chet Baker portrait drawing dessin peinture

samedi 17 janvier 2009

Pause musicale avec Absynthe Minded

Merci à mon homme pour la découverte (bises)

Absynthe Minded est un groupe de jazz-rock belge. (Wiki)

petit lien lalala vers le site officiel
http://www.absyntheminded.be/site/

et petit lien lalala vers leur myspace
http://www.myspace.com/absynthemindedtheband

Perso, j'aime beaucoup It Could Be et Pretty Horny Flow :)

Absynthe Minded - Pretty Horny Flow - Session acoustique

fnac

appareils photo et caméra

Avec du retard, je réponds à Priscilla (désolée) à sa question posée :
http://lizdoucefolie.blogspot.com/2008/06/douce-folie-photos-15-juin-2008-gouttes.html

Vu que ce message date de juillet ( impardonnable je suis) je fais un post réponse pour ;)


Priscilla Lopes Berges a dit…
Très sympa, tes photos de gouttes....
Tu bosses avec quel appareil?
Moi je viens de m'acheter le Canon eos 450D... je n'ai pas encore mis de photos sur mon blog, mais ça ne saurait tarder...

Coucou Priscilla,
Pour ces photos j'ai utilisé un bridge Fujifilm FinePix S5700, il a un zoom optique 10 x, très maniable, j'aime beaucoup.


Sinon, j'utilise depuis plus longtemps un appareil plus simple : un Sony DSC-P93A, moins performant et moins récent déjà, mais je continue de l'utiliser, je peux faire des effets que je ne métrise pas encore avec le Fujifilm.

Sony DSC-P93A


J'avais un petit reflex argentique
Canon, parfais pour les photos noir et blanc, mais... hum... mon chat Tequila l'a "cramé" en le faisant tomber sur une lampe...

Je vais m'essayer à la vidéo cette année, je verrais ce que ça donne :)
l'engin : Sony HDR - SR11, après les petits essais que j'ai déjà fait, je me suis rendue compte que le zoom en façade est hypersensible, celui sur l'écran est plus maniable, mais je pense que c'est une question d'habitude par la suite pour celui en façade.


Sony HDR - SR11


J'ai vu les photos que tu as postées depuis, elles sont superbes !
J'espère en voir d'autres.

Bises

Ps: j'ai vu le Canon en question, belle bête
!

Au fait, merci pour le message ;)
Bisous

Présentation et folie

Présentation et folie ou
présentation de moi et de ma folie ou
présentation d'une folle pas vraiment folle, juste ce qu'il faut

Parce qu'il n'est jamais trop tard...


Bonjour,
Je me nomme Elisabeth, je suis d'origine slave et j'ai une âme qui a plus de 10 000 ans et cela ne m'empêche pas de continuer à faire des bêtises de temps en temps car j'aime à croire qu'elle est restée malgré tout enfant (mon âme).
Je suis quelqu'un qui n'a pas toujours un caractère facile à cause de vieux principes auxquels je tiens (barrières psychologiques, mais parfois il en faut un minimum, aussi appelées communément : morale) , je suis réservée quand je ne connais pas la personne en face de moi, froide ou timide diront certains, ils n'ont pas tort, ils n'ont pas vraiment raison non plus... Je suis une personne à la fois simple et complexe, on a souvent dit de moi que je suis un paradoxe, pourquoi pas.


Depuis l'enfance, je ne suis pas ce que l'on appelle une personne très sociable, mais parfois il m'arrive de parler, de rire avec des inconnus très facilement, d'autres fois je vais avoir du mal ne serait-ce qu'à entrer dans une pièce ou un lieu rempli de monde, la panique monte. Parfois encore, je préfère ne pas parler du tout et écouter la nature ou mettre de la musique, je m'isole du monde si tant est que l'on puisse s'isoler de lui.J'aime être seule, pas de regard et pas de problème d'éponge.
Pour l'éponge, je m'explique : je ressens fortement ce que les autres ressentent, de plus en plus en vieillissant.

Je ressens le monde comme une bouffée d'air frais ou comme une claque dans la gueule.
Mais je dois avouer que ressentir aussi intensément les choses... je ne pourrais pas vivre non plus sans, j'aurais l'impression de mourir.
Je suis attirée depuis toujours par ceux qui vivent "en marge" ou "autrement", les artistes multidisciplinaires me fascinent.Mes petits plaisirs (grands en fait) sont de me plonger dans l'Art, regarder une œuvre, la contempler sans la juger, juste regarder sans un mot et ressentir, c'est immense !
Bien entendu, des fois face à un tableau, un dessin, une photo, ou autre, je ne ressens rien, pas de problème, je passe à une autre œuvre (pour me nourrir). Ceci fonctionne aussi bien avec l'Art en général qu'avec la littérature, la poésie (excellent), le cinéma, la musique (très bon la musique), la Nature (la mer c'est grandiose), etc.
Je ne vis pas vraiment comme tout le monde, je n'aime pas les horaires, me lever le matin, même si je le fais parfois (bien que je trouve la lumière du lever de soleil magnifique à regarder, ce que je faisais encore il y a peu... mais lors de mes insomnies au moment d'aller me coucher alors que lui se levait).

Certains se demanderont : "Et pour le boulot tu fais comment ?".
Je n'ai pas de patron déjà, je n'aime pas vraiment les ordres car je pense qu'il y a une façon de demander mais que dans le milieu du travail, beaucoup profite de leur statut de "chef" et de leur soudaine "suprématie"
, je n'aime vraiment pas cela (je n'aime pas le fait que des personnes se sentent supérieures à d'autres pour une raison ou une autre), alors pour tout de même travailler et gagner ma vie, avec mon homme (car l'homme que j'aime m'a accepté avec toutes ma panoplie de "défauts bizarres") nous avons créé notre société (avant j'avais créé mon entreprise durant 4 ans, mais trop de charges et de risques c'était horrible de ce côté, on se fait saigner à blanc) ce qui me permet de mener ma vie de Bohême comme il aime à le dire.
Mais il ne faut pas croire que je me la coule douce (besoin soudain de me justifier ! ) je bosse parfois le soir et toute la nuit, j'ai déjà bossé plus de 54 heures non stop sans dormir, c'est ça aussi être à son compte, pas certain d'avoir un revenu régulier, des horaires réguliers, pas toujours de vacances, mais c'est le prix de la liberté aussi.


Sinon à part mon homme et le boulot (+ ma famille - c'est sacré pour moi - amis proches, mes animaux et ceux de la famille aussi), j'ai mes passions, et là vous pouvez me croire elle sont nombreuses, vraiment nombreuses, je ne vais d'ailleurs pas toutes les énumérer, ça ne servirait à rien. Mais il faut savoir que j'aime, j'aime énormément de choses, j'aime avec un grand A, j'aime tellement que ça frôle la folie, d'ailleurs je m'amuse admirablement bien avec elle, la folie est une copine sincère (genre de pote qui squatte) qui vit en moi depuis une éternité.Ma folie, donc, entretient mon amour pour le romantisme ou l'idée que je m'en fais, m'entraine dans des mondes incroyables, je fais des fugues régulièrement avec elle.
Grâce à elle, je découvre des artistes fabuleux, je me promène dans d'autres siècles, je me perds dans des recoins de page d'un livre, sur une portée d'un air entrainant ou lent. Lorsque je crée, je vois la photo avant même de l'avoir prise, phénomène qui se produit aussi avec le dessin, la sculpture... Elle m'emmène dans des compositions ou des poèmes parfois romantiques ou délirants. Comment vivre sans ma folie ? et comment ne pas tomber du mauvais côté de la folie ?


Il y a peu, j'ai entendu l'enregistrement d'une interview concernant Antonin Artaud (Artaud fait partie intégrante de mes passions). Interview donc, entre Mathieu Bénézet et Docteur Gaston Ferdière, dans celle-ci, le docteur Gaston Ferdière - qui s'est occupé d'Artaud lors de son internement à Rodez dans les années 40 - dit que tout artiste possède un grain de folie et que sans cela la création ne serait pas possible (j'étais si heureuse d'entendre cette remarque que je l'ai soulignée illico à mon homme - ce n'est pas que je me considère comme une artiste, le mot est trop important pour moi, je ne pense pas avoir assez de talent pour le mériter, mais cette phrase a
confirmé ce que je pense depuis toujours), la folie est donc un moteur à la création, le moteur principal avec la passion du moins en ce qui me concerne, bien que, passion et folie peuvent faire facilement une seule et même entité à ce stade.

Vous comprendrez aisément je le crois, pourquoi j'ai choisi "Douce Folie" comme titre de ce blog, en fait il ne s'agit là que d'une sorte d'Hommage à ma propre folie.


A ce stade de ma présentation, si un psy est en train de lire, qu'il se rassure, je ne suis d'aucun danger pour mes proches, jusqu'à présent... ma folie est assez douce, et je suis plutôt une sorte de grain de folie ambulant qui se transforme en funambule ou parfois en clown pour les faire rire.

Rire, ça j'adore, pas une journée sans créer (sinon je me sens mal, que ce soit dessiner, peindre, photographier, écrire mes délires ou poèmes, sculpter - c'est rare - j'ai besoin de créer un minimum pour me sentir vivre) mais aussi pas une journée sans rire, même s'il y a eu des larmes entre temps ou des soucis. Le rire fait reculer la noirceur et parfois la mélancolie, état que je connais trop bien, et le seule moyen de lui foutre la raclée (mettre la raclée pour les puristes) c'est le rire avant qu'il ne soit trop tard.

Rêver, c'est très important de rêver, en dormant ou éveillé, il faut rêver et là pour une raison qui m'est personnelle j'ai appris à rêver très tôt et à avoir mon petit monde que je me suis créé (en évolution constante depuis des années, d'ailleurs ce blog contient certains éléments de ce monde, disposés ici et là) à porter de l'esprit - si l'on peut dire - afin de me permettre de m'échapper de la réalité quand je le désire, ce n'est pas prendre la fuite devant mes responsabilités, je les prends, c'est juste pouvoir vivre en m'évadant un peu tout en gardant un pied dans un monde dont la réalité me fait souvent froid au cœur.

Très tôt je me suis sentie "différente" des autres, déjà à la maternelle. Vers 17 ans, alors qu'une rage m'envahissait depuis quelques années, j'ai décidé que : soit j'apprenais à savoir qui j'étais et pourquoi j'avais toute cette rage, cette colère en moi et pourquoi je me sentais si différente, soit je n'irais pas beaucoup plus loin dans la vie, j'ai choisi la première solution.Le travail sur moi-même a pris un moment, le plus dur ce n'est pas de voir ses bons côtés, c'est facile, le plus dur est de voir les mauvais, les plus sombres côtés de sa personnalité, tout ce qui sommeille ou qui est en éveil, c'est difficile car ensuite il faut comprendre pourquoi et accepter.
C'est une fois cette dernière étape franchie, avec tous les souvenirs qui remontent qu'ils soient doux ou cruels - il y a de tout - c'est une fois que l'on s'accepte pleinement, que l'on se sent revivre, c'est là du moins, que je me suis sentie vivre (ou revivre) vraiment pour la première fois, à partir de ce jour, j'ai renoué avec ma famille avec une facilité déconcertante et surtout avec moi même.

J'appréciais déjà étant jeune les petits riens de la vie, mais depuis c'est devenu plus fort, je peux regarder une fleur ou un papillon et le découvrir comme une première fois, c'est magique. Depuis ce jour où j'ai regardé et accepté mon âme, j'ai trouvé ma propre liberté et cela m'a ouvert des portes (ou enlevé des visières, comme vous voudrez).

La magie dans la vie est importante, un sourire d'un enfant et je fonds, l'éclairage du soleil couchant et je suis scotchée sur place, la lune dans le ciel, et me voilà à la contempler comme si elle me souriait. J'ai pu la voir de près (avec quelques étoiles et planètes) une fois grâce au télescope d'un ami, elle est magnifique.


Voilà dans les grandes lignes qui je suis, et encore je ne vous parle pas de mon "don" qui me permet de voir certaines choses avant qu'elles n'arrivent ou de deviner d'autres choses avant qu'une personne ne le dise, de faire des rêves étranges, de mes fantômes et de leurs manifestations,... aussi bien je ne le maitrise pas et je ne cherche pas à le faire.

Bisous à vous.
Elisabeth


jeudi 15 janvier 2009

Douce Folie - La Fée Verte

La Fée Verte

Ambroisie
Bafouée mais
Sacrée des
Impressionnistes amoureux de ce doux et amer
Nectar,
Totem des
Hédonistes
Epicuriens.



Poème © Liz - 21/XII/2007


photo : www.myspace.com/theisbaer

mardi 13 janvier 2009

Pause ciné avec Australia ♥

Encore un film que j'adore et déjà accroc : Australia, réalisé par Baz Luhrmann,
Belle réalisation.
Dès que j'ai vu la bande annonce j'ai su que je serais sous le charme.

Décidément, ce réalisateur ne m'a jamais déçu, déjà je suis fan de Moulin Rouge et j'aime Romeo + Juliette (je sais que miss Aurore adore ce dernier ;) )

Australia avec Nicole Kidman, Hugh Jackman, David Wenham , Brandon Walters, David Gulpilil, Jack Thompson...


Autralia
Synopsis


Fin des années 30. Lady Sarah Ashley, une aristocrate anglaise hautaine et renfermée, arrive au coeur des paysages sauvages du Nord de l'Australie pour y rejoindre son mari qu'elle soupçonne d'adultère, et qui tente - sans succès - de vendre l'immense domaine qu'ils possèdent sur place : Faraway Downs.
Elle ne tarde pas à découvrir que l'exploitation est au bord de la ruine et menacée par son propre contremaître, Neil Fletcher, un homme sans scrupules de mèche avec un puissant éleveur, prêt à tout pour précipiter la chute du domaine et s'en emparer. Pour sauver Faraway Downs, Sarah n'a pas d'autre choix que de s'allier à un "cow-boy" local un peu rustre connu sous le seul nom de "Drover", et de parcourir avec lui des milliers de kilomètres à travers les terres aussi magnifiques qu'inhospitalières du pays afin de mener jusqu'à Darwin 1500 têtes de bétail. Peu à peu transformée par la puissance et la beauté des paysages, touchée par la rencontre d'un jeune aborigène orphelin, Sarah découvre des sentiments qu'elle n'avait jamais éprouvés jusqu'alors. Au terme de leur périple, la seconde guerre mondiale a rattrapé l'Australie, et la ville de Darwin doit désormais faire face aux bombardements japonais. Pour la première fois de sa vie, Sarah sait pour qui et pour quoi se battre, et est prête à tout pour sauver ce qui compte désormais pour elle.

source: Allocine

J'aime autant l'histoire, la magie qui flotte dans l'air, que le point historique soulevé lors du film sur la "génération volée", c'est bouleversant.
Surtout quand on sait qu'il faudra attendre fin 2007 pour des excuses officielles par le gouvernement fédéral Australien aux Aborigènes et aux indigènes du Détroit de Torres et février 2008 pour entendre enfin le dit discours de repentance et pardon.
(Stolen Generations - plus d'info ici : fr.wikipedia.org/wiki/Générations_volées )Le film est émouvant, des notes d'humour le ponctuent ainsi que des notes plus tristes parfois, ou d'autres encore, ancrés dans la passion des protagonistes ou de leur félonie.
Le fait que Sarah s'attache à Nullah, et que cette dernière ne peut avoir d'enfant, ce détail m'a profondément touché.
La période : fin des années 30, l'inspiration de Baz Luhrmann pour les vieux films des années 30 jusque 50 avec l'humour qui si attache, j'ai apprécié.
La Passion qui se dégage de la relation entre les deux personnages principaux : Sarah et Drover, leur Amour magnifique, grand et profond ; la vie de nomade de Drover et lorsqu'il insiste sur son besoin de liberté ; la force de caractère de tous les deux ; la relation mystique entre le jeune Nullah (superbement interprété par Brandon Walters) et son grand-père sorcier qui s'est surnommé "King George" (très belle interprétation également de David Gulpilil) ; la référence que fait Sarah au Magicien d'Oz et le fait que ce film passe ensuite au cinéma en pleine air et que Mullah le découvre, sont tant et tant d'éléments du film, un tout que j'adore.
Le jeu des acteurs : rien à redire, la musique est agréable, les décors sont incroyablement beaux et grandioses.
Mandy Walker a fait un travail fabuleux sur la photographie, chapeau aussi à Catherine Martin pour les costumes (surtout féminins).




la bande annonce :

Douce Folie - Créa. 13-01-09 Composition Folie :))

A partir d'une photo perso de moi-même ;)
thème que j'affectionne : la Folie

From a personal photo of myself ;)
theme that I appreciate: Madness

(cliquable)
photo perso Lily la libellule Elisabeth composition

Douce Folie - Créa. 08-01-09 Johnny Depp portrait dessin

Portrait de Johnny Depp réalisé au crayon et aquarelle en 4 heures.
Portrait of Johnny Depp realized in pencil and watercolor - 4 hours.

Johnny Depp drawing portrait crayon aquarelle création

dimanche 4 janvier 2009

Douce Folie - Créa. 04-01-09 Compo Johnny Depp

"Rêverie"
Composition d'après une photo avec Johnny Depp
Crédit photo d'origine : Annie Leibovitz

Johnny Depp Annie Leibovitz

cliquable / click

samedi 3 janvier 2009

Bonne année 2009

Une bonne année 2009,
santé, amour, bonheur
et tout ce que vous souhaiterez de bon.

Happy New Year ;)

Bisous
Elisabeth