Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

vendredi 21 mars 2008

Douce Folie - Johnny Depp / Lord Byron

Création à partir d'un scan de magazine.

Sources d'inspiration :
le roman "The Corsair" de Lord Byron avec le personnage de Conrad + une illustration du roman.

Le Corsaire de Lord Byron

Dans The Corsair (Fév 1814), Byron donne un portrait du héros byronien plus fouillé encore que dans ses créations précédentes. En son repaire montagnard, Conrad le banni, Conrad au regard de feu, pensif et solitaire, vit enveloppé de mystère. Ce bandit altier et sarcastique, qui défie les hommes et Dieu, est cependant capable d'amour fidèle et profond. Ainsi s'arrache-t-il à sa Médora pour partir en expédition contre le pacha Seyd. Déguisé en derviche, il s'introduit dans le palais de ce dernier et fait diversion pendant que ses pirates attaquent et incendient la flotte, prennent d'assaut le palais et libèrent les beautés du harem. Conrad, au coeur du carnage, tombe blessé. Fait prisonnier, il est condamné à être empalé. Malgré son tumulte intérieur, le captif demeure ferme devant la mort et s'endort. Lorsque lui apparaît la forme angélique de la belle Gulnare, qu'il a sauvée du sérail en flammes. Eprise du proscrit, elle tente d'intercéder pour lui auprès du pacha, mais en vain. Force est donc à l'esclave de poignarder son maître détesté pour délivrer celui qu'elle aime. Le fier Conrad hésite à fuir avec elle, mais il est recueilli en mer pas ses hommes et acclamé au pays. Cependant, lorsque le pirate découvre, à son désespoir, que Médora est morte de douleur à la nouvelle (fausse) de sa mort, il disparaît à tout jamais.
L'ouvrage, en pentamètres ïambiques (3 chants, 1864 vers), pour lequel l'auteur avait puisé dans ses réminiscences des pirates rencontrés durant son Grand Tour et dans lequel le lecteur reconnut aisément Byron lui-même, connut un véritable triomphe littéraire: 10000 exemplaires furent vendus le jour de sa parution et huit rééditons se succédèrent très rapidement.

Commentaires de Thérèse Tessier
http://acuop.club.fr/byron/OeuByron.html#corsaire
Extrait choisi :
Deep in my soul that tender secret dwells, Lonely and lost to light for evermore, Save when to thine my heart responsive swells, Then trembles into silence as before (..)
Au plus profond de mon âme demeure un tendre secret, pour toujours solitaire et caché à la lumière, si ce n'est quand au tiens mon coeur répond par son tremblement (...)

- The Corsair, Lord Byron 1814

Illustration (of the works of Lord Byron)


Résultat :
L'original fait 1536 x 1500 px
(aperçu cliquable / click 800 x 781 px)

Détails :




8 commentaires:

  1. impressionant. Changement de style un peu, j'aime beaucoup. Lord Byron t'a bien inspiré,héhé. Le détail du côté droit est particulièrement prenant.

    RépondreSupprimer
  2. Un peu oui pour le style, ensuite, j'ai voulu mettre une teinte principale plus proche des couleurs de l'Inde, j'ai choisi le vert pâle et j'ai joué avec le visage :)
    On peut dire ça pour Byron lol
    Merci Aurore, gros Smack.

    RépondreSupprimer
  3. Ton coup de pinceau renforce le côté fort de ta muse,je trouve! Encore une fois chapeau!!

    RépondreSupprimer
  4. Oh !!! j'adore ^^ Toutes tes compos Johnny Depp (j'ai reparcouru le tag par le haut de page) sont saisissantes. Tu as une technique très personnelle, originale, avec en plus une grande variété mais aussi un esprit, une façon de faire reconnaissables. J'aime vraiment :)

    RépondreSupprimer